Des Troupes au Sol et des Cartes Géographiques

18, Mar 2024 | Geopolitical Challenges, Geopolitische Herausforderungen, Les défis géopolitiques

Des Troupes au Sol et des Cartes Géographiques

Beaucoup de choses ont été écrites sur la relation brisée entre Macron et Scholz. DIE ZEIT, le Süddeutsche Zeitung et le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) n’y ont pas échappé. –

Plus que certains ne le souhaiteraient en France, dans son ancienne parti politique du Parti socialiste, Macron remplit sa fonction dans l’esprit et la lettre du père de la Constitution Françaises, à savoir le général De Gaulle. La méticulosité avec laquelle Macron remplit, dans sa conception de la fonction et dans sa pratique, la conception de la politique étrangère et de sécurité prévue par De Gaulle pour la Ve République, s’accompagne de ronchonnements superficiels et routiniers de la part des soi-disant Gaullistes « Les Républicains ».  –

De l’autre coté, les journaux allemands ne mentionnent presque jamais les différences fondamentales qui existent entre un chancelier élu par une coalition gouvernementale de députés. Qui doit même demander l’autorisation du Bundestag pour les vols d’évacuation de civils d’une zone de crise ou de guerre par l’armée allemande.

Il ne vaut pas la peine pour les auteurs allemands de mentionner que le président français, élu directement au suffrage universelle, en tant que commandant en chef, décide personnellement et seul, après prise de conseils, si et quand l’armée française doit intervenir.

En tant que garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité territoriale et du respect des traités (article 5 de la Constitution française), le chef de l’Etat décide de l’emploi des forces armées et assume à cet effet la responsabilité et le pouvoir d’utiliser, le cas échéant, la force nucléaire. (article 15)

A l’affirmation sans cesse répétée par les journalistes et les hommes politiques allemands selon laquelle le président de la République française aurait une attitude monarchique, François Mitterrand aurait répondu : « Juridiquement, je suis le successeur des rois de France ».  Il avait voulu réformer la Constitution de la Ve République pendant des décennies, jusqu’à ce qu’il occupe lui-même la fonction de chef de l’Etat et soit exposé au même reproche qu’Emmanuel Macron.

Il ne serait certainement pas mal vu pour la FAZ, le ZEIT et d’autres de la part de ce prestigieux journal de faire ses propres recherches et de s’appuyer sur ses propres sources. Citer le 08 mars un débat parlementaire de début février et surtout l’opposition de médias principalement d’opposition est, pour le dire avec retenue, incomplet.

Contrairement à ce que prétend le FAZ, le ministre français de la Défense ne peut pas corriger le président Macron et ne le fera jamais, en tout cas pas longtemps. – L’inscription de Lecornu dans la tradition de la politique étrangère et de sécurité de la République française d’inspiration de de Gaulle est passée inaperçue lorsque ce dernier a réagi très vivement à la construction du mur à Berlin. –

Ce qui a complètement disparu de la perspective allemande, c’est que la liberté de la presse et l’économie sociale de marché en République fédérale d’Allemagne après 1945 n’ont été possibles QUE grâce aux troupes terrestres des Alliés occidentaux. – Mais le paste & copy dans certains journaux de renommé est plus facile. – Ce qui est un fait, c’est que la France protège la souveraineté territoriale de la Moldavie au sol et dans les airs. Ce qui est vrai, c’est que le Président Macron et son ministre Lecornu affirment qu’il n’y a pas pour l’instant de plan d’intervention concret pour des troupes au sol, mais que cela n’est pas exclu dans le cas où des troupes russes avanceraient sur Kyiv et/ou Odessa. –

Si Odessa tombait aux mains des Russes, non seulement les transports du soutien des alliés pour l’Ukraine sur la route du sud seraient coupés, mais l’Ukraine n’aurait plus d’accès à la Mer Noire !

La Transnistrie

Le 28 février 2024, la Transnistrie, la province sécessionniste majoritairement russophone de Moldavie, où Moscou a déjà déployé illégalement 1500 « soldats de la paix », a officiellement demandé l’aide de Poutine. – Depuis la pointe sud de la Transnistrie, il y a environ 65 km jusqu’à Odessa, confortablement à parcourir sur la E 581. Ce chemin potentiel se trouve à l’est du Dniestre et du Delta du Danube et est donc (dans la perspective russe) « protégé » par ces obstacles naturelles considérables.

La France a déployé environ 1000 soldats à Cincu, en Roumanie, et protège l’espace aérien roumain et surveille l’espace aérien moldave. Selon le nouvel accord de sécurité et de défense entre la France et la Moldavie du 07.03.2024, l’espace aérien moldave est non seulement surveillé, mais aussi protégé. –

Lorsque les juristes administratifs de la Chancellerie fédérale allemande ont mis de côté la responsabilité du produit TAURUS qu’ils avaient eux-mêmes bricolée, et qu’ils ont consulté leur atlas scolaire, la conclusion s’imposera que l’Ukraine est un grand pays avec de longues frontières. Les troupes au sol peuvent également être chargées de la sécurité des frontières ou de l’espace aérien.  –

La sécurisation de la route E 581 entre la Transnistrie et Odessa est actuellement possible avec des troupes au sol, même sur le territoire ukrainien, sans engagement de combat. – En Allemagne, la souveraineté aérienne au-dessus des tables des tavernes allemandes et le respect inébranlable des sondages électoraux semblent plus importants pour le SPD que le souvenir du développement économique de la République fédérale d’Allemagne, de la liberté garantie par les Alliés occidentaux de Berlin-Ouest et de la République fédérale d’Allemagne entre 1945 et 1989 sous le parapluie protecteur des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France – avec des troupes au sol.

Il est remarquable de voir comment, au sein du plus grand parti de la coalition gouvernementale allemande, le SPD et le chancelier allemand se réclament d’une prudence et d’une supériorité morale particulières, sous-entendant ainsi que les autres ne le sont pas. – Ceci devient particulièrement original lorsque le chancelier allemand déclare devant la presse qu’il n’y aura pas de troupes terrestres de l’OTAN ou de troupes terrestres européennes en Ukraine. – La compétence du chancelier allemand en matière de directives est toutefois limitée au territoire d’application de la Loi fondamentale allemande. https://www.gesetze-im-internet.de/gg/art_65.html

Il en va de même pour le domaine de compétence du ministre fédéral de la Défense Pistorius qui, tout comme le chancelier fédéral, a exclu l’engagement de troupes terrestres de l’OTAN (l’Allemagne, tout comme la Hongrie, aura la possibilité de l’empêcher) et des pays européens, ce qui est difficilement égalable en termes de présomption wilheminienne. (L’empereur Wilheim II a dit : « Le monde doit se rétablir par l’essence allemande »).

Un retenu allemand en matière de politique militaire et de défense est compréhensible si l’on considère les années de la dictature nazie entre 1933 et 1945. – Elle ne l’est pas, si l’on considère les décennies de paix, de liberté et de prospérité garanties entre 1945 et 1989 par les troupes terrestres des Alliés occidentaux. La responsabilité devant l’histoire n’est pas un self-service.

Le souvenir des erreurs de la politique d’apaisement de 1938 a conduit le président français à abandonner ses tentatives de médiation avec Poutine. Les tentatives de médiation dans les premiers mois après l’invasion russe de l’Ukraine, se sont d’ailleurs déroulées en étroite coordination avec le président ukrainien, comme en témoignent les enregistrements des conférences téléphoniques.

L’accord de sécurité entre la France et la Moldavie du 07 mars 2024, en plus de la forte présence militaire française en Roumanie, est donc tout aussi logique que l’information de tous les partis représentés au Parlement français le 08 mars 2024.

L’accord prévoit la surveillance et la protection active de l’espace aérien moldave (le cas échéant contre les troupes aéroportées russes), ainsi que la défense active contre les cyberattaques contre le gouvernement et l’infrastructure de la Moldavie.

Perturber dès les premières réflexions les plans russes en vue d’une prise de contrôle de la Moldavie est moins sanglant que de devoir éjecter une présence militaire russe renforcée hors de Moldavie.-

Serait-il vraiment « imprudent », pour rester dans l’esprit du chancelier allemand Scholz, que des soldats professionnels français protègent Odessa et étendent la protection de l’espace aérien au-dessus de la Moldavie à l’espace aérien au-dessus d’Odessa ?

Serait-il vraiment « imprudent » que des soldats professionnels britanniques sécurisent l’E95 et l’E373 au nord, le long de la frontière biélorusse, et protègent ainsi aussi bien Tchernihiv que Kyiv ?

Les deux cas sont couverts par les engagements pris dans le cadre du « Mémorandum de Budapest ». Tenir ces promesses à l’Ukraine lors de son renoncement en 1994 aux armes nucléaires de l’époque soviétique serait un gain de crédibilité et un nouveau rappel de la rupture de contrat de la Russie. (voir mon article sur le « Mémorandum de Budapest« ).

Quel concept est donc plus pacifique et évite plus sûrement une confrontation armée avec destruction et perte de vies humaines ? La politique d’apaisement de Scholz ou la limitation opérationnelle et le « gel » de toutes les velléités expansionnistes russes.

C’est aussi la raison pour laquelle la liste des Etats qui n’excluent plus d’envoyer leurs propres troupes au sol en Ukraine ne cesse de s’allonger. TH

 

News